une

La motorisation essence gagne du terrain au sein des flottes d’entreprise

(Paris, le 19 janvier 2016)

Au regard du marché entreprises et de ses 730 763 véhicules immatriculés en 2015 (VP+VU), le segment des véhicules essence fait encore figure, avec 65 546 immatriculations, de petit Poucet.

Mais avec 48,8% de hausse par rapport à 2014, l’essence a peut-être amorcé en 2015 réelle ascension au sein des flottes d’entreprises.

L’OVE auditionné à l’Assemblée nationale

(Paris, le 14 janvier 2016)

Dans le cadre des entretiens réalisés par la « Mission d'information sur l'offre automobile française dans une approche industrielle, énergétique et fiscale », Bernard Fourniou, le président de l’OVE,  a été auditionné le 12 janvier à l’Assemblée nationale par les parlementaires. Il était accompagné de Philippe Noubel, directeur général  délégué d’Arval.

Le véhicule électrique peine à convaincre les entreprises

(Paris, le 8 janvier 2016)

Le véhicule électrique termine l’année 2015 avec 7 467 immatriculations selon les chiffres de l’OVE, un volume relativement modeste au regard des 730 763 immatriculations enregistrées en 2015 sur le marché des entreprises, toutes énergies confondues1.

Les entreprises pénalisées par la fiscalité écologique

(Paris, le 16 décembre 2015)

La déductibilité de la TVA sur le diesel ne sera finalement pas étendue à l’essence. Ainsi en ont décidé les parlementaires, qui  n’ont pas retenu les différents amendements présentés dans ce sens, lors de la discussion du Projet de loi de finances rectificative (PLFR)  pour 2015.

La fiscalité des carburants à la loupe

 

A l'heure où les débats sont vifs sur les énergies en France et sur la différence de traitement fiscal entre le diesel et l'essence, l'Observatoire du véhicule d'entreprise vous propose un focus sur la décomposition du prix d'un litre à la pompe, sur les taxes qui pèsent sur les produits pétroliers aujourd’hui, et sur le différentiel entre le diesel et l'essence.

Bruxelles fixe de nouveaux niveaux de pollution pour le diesel

(Paris, le 29 octobre 2015)

Les Etats européens ont précisé mercredi certains points encore en suspens sur les futurs tests d’homologation en conditions réelles, auxquels devront se conformer les constructeurs pour mettre sur le marché leurs nouveaux modèles à partir de 2017.

Pages