VW se voit en futur géant du digital

(Paris, le 11 septembre 2018)

Ebranlé par le Dieselgate, dont le procès vient de s'ouvrir en Allemagne trois ans après les faits, le groupe allemand VW a engagé une profonde transformation et a défini une stratégie ambitieuse à l’horizon 2025. En plus des dizaines de milliards investis pour développer une offre de véhicules électriques (l’objectif est de produire trois millions de véhicules électriques par an d'ici 2025 et de commercialiser 80 nouveaux modèles électriques pour l’ensemble du Groupe), VW a prévu de consacrer 3,5 milliards d’euros pour son projet de digitalisation. Le constructeur entend se donner les moyens pour passer du statut de constructeur automobile à celui de prestataire de services de mobilité avec notamment des véhicules entièrement connectés.

La stratégie passe par le développement de logiciels (avec l'aide de partenaires ou via des acquisitions) et la mise en place d'un écosystème qui relie le véhicule et les clients aux serveurs informatiques du groupe. En un mot, l’écosystème « Volkswagen We ».

L’un des chantiers à venir concerne l’arrivée d’une nouvelle architecture électronique, repensée et plus simple pour les véhicules. Elle sera d’abord appliquée pour la nouvelle famille de modèles électriques I.D. à partir de 2020. Alors que l’on peut trouver jusqu’à 70 unités de contrôle dans un véhicule, qui fonctionnent avec un logiciel spécifique au constructeur, l’intelligence du véhicule sera concentrée dans seulement quelques ordinateurs avec un langage de programmation unifié. Dans le futur, les logiciels seront basés sur le système d’exploitation automobile « vw.OS ». La volonté est de séparer le matériel du logiciel, afin de proposer des mises à jour et mises à niveau constantes.

Cette évolution technique sera aussi très utile en vue de la conduite autonome, un autre domaine qui intéresse beaucoup le Groupe Volkswagen. Il vient d’ailleurs de prendre une participation minoritaire dans la société FDT Tech. Créée en 2017 et basée à Chemnitz, en Allemagne, l’entreprise emploie actuellement une trentaine d’experts chargés du développement d’algorithmes pour la conduite automatisée. Sa technologie met l’accent sur l’aspect pratique et l’intégration, en vue d’une production en série.

L’année 2020 sera aussi un tournant, car la marque Volkswagen va connecter l’ensemble de sa flotte. Alors qu’aujourd’hui, près d’1,5 million de véhicules peuvent déjà se connecter à Internet, grâce à la solution « Volkswagen Connect », ce sont à terme plus de cinq millions de nouveaux véhicules qui feront ainsi partie de l’Internet des objets.

Le souhait du groupe est aussi d’avoir un lien plus direct avec ses clients. Ils pourront ainsi recevoir des offres sur mesure sans avoir à prendre rendez-vous dans un garage. La colonne vertébrale de l’écosystème sera une plateforme essentiellement basée sur le cloud et commune à l’ensemble du Groupe, la « One Digital Platform » (ODP). Celle-ci permettra de connecter la voiture, le client et les services.

Le New Volkswagen, qui s’implique par ailleurs dans la mobilité avec sa marque Moia (autopartage, nouvelles mobilités, transport à la demande), aura ainsi toutes les cartes en main pour rivaliser avec les géants du numérique des USA ou de Chine.