Réalité virtuelle: la nouvelle lubie des constructeurs

 

(Paris, le 15 mars 2017)

Le casque de réalité virtuelle devient un équipement incontournable sur les salons liés à l’automobile et aux technologies. Au point de remplacer la voiture elle-même.

Lors du dernier Mondial de l’Automobile, Peugeot avait fait sensation en proposant aux visiteurs de découvrir les aides à la conduite du nouveau 3008 avec l’aide d’un casque Samsung VR. Une expérience qui s’est prolongée après en concession. La marque au lion ne faisait que marcher sur les traces de DS, qui utilise depuis plus longtemps ce procédé dans les salons et dans les show-rooms. Le groupe PSA a donc renouvelé l’expérience, à la fois au Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, où il se rendait pour la première fois, puis au dernier Salon de Genève.

Au MWC, d’autres constructeurs ont aussi utilisé la réalité virtuelle. Cela a été le cas notamment de Ford, qui a réussi l’exploit de présenter de cette façon  un concept de véhicule autonome… qui n’était pas physiquement sur son stand. Avec un casque HTC Vive, on pouvait ainsi découvrir cette fourgonnette électrique répondant au nom d’Autolivery, et qui utilise par ailleurs des drones pour ramasser et déposer des colis dans les zones urbaines. Un véhicule autour duquel on pouvait tourner virtuellement, afin de le découvrir sous plusieurs angles.

C'est avec le même équipement que Mercedes proposait aussi à Barcelone de rouler à bord du concept EQ (présenté en avant-première au Mondial de l'Automobile et qui annonce une future gamme de véhicules électriques). Après une introduction par une charmante jeune femme, on se retrouvait plongé au cœur de la batterie lithium-ion, avant de planer au-dessus de l'EQ qui sillonnait une ville et collectait via le cloud des infos sur les bornes de recharge disponibles et le trafic. Le tout avec un réalisme assez étonnant. Sur le stand d'Intel, on pouvait aussi revêtir un casque et faire l'expérience de la 5G et de la conduite autonome à bord d'une BMW.

Et à Genève ? L’expérience la plus décoiffante s'est déroulée,non pas chez un constructeur, mais sur le stand de l’équipementier Harman. Racheté par Samsung, cet acteur de de la voiture connectée proposait une expérience sensorielle assez extraordinaire. Il s’agissait d’une immersion dans une ambiance sonore en mode 360, qui exalte les sens quand le véhicule (une Genesis G90, le nouveau haut de gamme coréen) roule de façon autonome. Le casque de réalité virtuelle (un Samsung VR) permettait de profiter d'un son très relaxant (ambiance de forêt ou de plage) quand la voiture est en mode automatisé, plus électrisant quand on conduit sur une belle route sinueuse. Le son est alors spatialisé pour accompagner la trajectoire du véhicule.

La vraie question est de savoir si un jour, un constructeur décidera de présenter un nouveau modèle entièrement en mode virtuel. Cela a déjà été fait par Jaguar, qui en novembre dernier, a fait venir des journalistes à Londres pour découvrir le SUV électrique I-Pace, qui n’était visible qu’à Los Angeles, où il était présenté officiellement le lendemain. Reste à voir si la technologie va dans le sens des salons, en permettant d’optimiser la présence des marques, ou au contraire pourrait à terme signer leur arrêt de mort.