PSA joue la transparence sur ses consommations

(Paris, le 26 octobre 2015)

Alors que les soupçons pèsent toujours sur l’industrie automobile, sur fond de scandale Volkswagen, le constructeur français PSA prend l’engagement de publier dès que possible, pour ses principaux véhicules, les consommations en usage réel. Une première à même de ramener la confiance ?

Par la voix du CCFA, PSA et Renault ont affirmé ne pas avoir triché pour les émissions polluantes de leurs véhicules. Une prise de parole intervenue dès le début de la polémique sur les moteurs diesel truqués. PSA Peugeot Citroën réaffirme aujourd’hui que ses véhicules n’ont jamais été équipés de logiciel ou de dispositif permettant de détecter un test de conformité et d’activer un dispositif de traitement des polluants, y compris les NOx (Oxydes d’Azote), qui serait inactif en usage client.

Le groupe rappelle que ses véhicules sont conformes et que 4300 véhicules ont été prélevés de façon aléatoire en usine en 2014, afin de vérifier la conformité de la production en matière d’homologation.

Le constructeur français a procédé à une revue approfondie de sa situation concernant les polluants et les consommations de carburant. Et il prend un engagement fort : celui de publier dès que possible, pour ses principaux véhicules, les consommations en usage client. Des chiffres qui seront émis sous le contrôle d’un organisme tiers indépendant. L’autre promesse est d’adopter des dispositions techniques permettant d’anticiper la future procédure WLTP (qui remplacera l’actuel cycle NEDC, de l’avis de tous totalement inadapté).

PSA rappelle qu’il soutient pleinement l'introduction dès 2017 de ce nouveau cycle d’homologation, plus représentatif des conditions réelles d’utilisation, et qui ne permettra plus d’optimiser les véhicules au moment des tests. Le groupe reconnaît au passage avoir lui aussi préparé ses modèles, en faisant remarquer que ces pratiques étaient connues des régulateurs.

Aujourd’hui, le constructeur français affiche sa confiance. Son diesel Blue HDI avec technologie SCR (Selective Catalytic Reduction) est reconnu comme la technologie la plus performante pour le traitement des NOx et permet d’anticiper le futur cycle WLTP. A ce propos, les ventes de diesel ont représenté 60,3 % des ventes du groupe en Europe au premier semestre 2015. Il a aussi un autre atout, qui est le moteur essence EB PureTech.

La transparence présente un risque, avec des chiffres de consommation qui seront forcément plus élevés. Mais, c’est un pari qui pourrait être gagnant à terme.

Tags: