Peugeot Fractal : un avant-goût des futurs modèles électriques de PSA ?

 

Même si l’accent est mis sur le tableau de bord surélevé i-Cockpit et l’ambiance sonore à bord, le concept car du salon de Francfort permet de distiller quelques annonces sur le futur des motorisations vu par Peugeot.

Mais que fait donc Renault ? Alors que la marque au losange avait choisi Francfort en 2009 pour dévoiler les concepts qui allaient donner naissance à la future gamme de 4 véhicules électriques, c’est également sur les bords du Main que la marque au lion a choisi de communiquer sur le zéro émission. Son concept Fractal est en effet un coupé électrique.

La performance est clairement l’objectif recherché. Le concept embarque deux moteurs de 75kW (102 ch chacun), qui permettent d’accélérer de 0 à 100 km/h en 6,8 s. Il faut dire que la voiture est ultra légère (seulement 1 tonne) et que l’équilibre général est assuré par l’implantation de la batterie lithium-Ion dans le tunnel central. Un choix qui permet d’abaisser le centre de gravité.

Par ailleurs, la puissance est répartie selon l’adhérence afin d’optimiser la motricité ainsi que la récupération d’énergie. Peugeot a prévu une direction électrique qui agit sur les quatre roues. La marque a aussi ajouté des ressorts pneumatiques, gérés de manière autonome ou pilotés par le conducteur, afin de faire varier la garde au sol entre 7 et 11 cm. La Fractal peut ainsi coller au parquet dans les virages ou se relever au passage d’un ralentisseur. 

Et pour mieux s’insérer dans le trafic, tout en prévenant les piétons et cyclistes, le concept de Peugeot dispose d’une signature sonore spécifique.

Reste à voir l’autonomie. Elle est de 450 km si l’on se réfère aux chiffres du constructeur, qui avance une capacité de 40 kWh pour la batterie.

Sur le papier, tout cela est alléchant. Mais, il y a quand même peu de chance pour que Peugeot ose sortir en série un coupé électrique. A ce jour, Renault n’a pas franchi le pas non plus pour son concept car Dezir. On peut compter sur les allemands qui en ont non seulement les moyens mais sans doute plus l’envie.