Le véhicule électrique peine à convaincre les entreprises

(Paris, le 8 janvier 2016)

Le véhicule électrique termine l’année 2015 avec 7 467 immatriculations selon les chiffres de l’OVE, un volume relativement modeste au regard des 730 763 immatriculations enregistrées en 2015 sur le marché des entreprises, toutes énergies confondues1.

Malgré tout, le marché de l’électrique est en hausse de 20% par rapport à fin décembre 2014. Mais ce chiffre, qui pourrait sembler encourageant, reste pour le moins décevant. Certes, le véhicule électrique bénéficie de subventions non négligeables à l’achat. Certes, les infrastructures de recharge se développent. Mais le véritable handicap du véhicule électrique reste sa faible autonomie : entre 120 et 150 km en moyenne. Un rayon d’action qui cantonne ces véhicules aux environnements urbains ou péri-urbains, ou aux pools de véhicules en autopartage. Sans oublier la contrainte du temps de rechargement, encore relativement long pour des entreprises soucieuses d’une meilleure productivité.

Car le véhicule d’entreprise réalise en moyenne 30 000 kilomètres par an. Et les nouvelles motorisations essence et diesel proposent des autonomies toujours plus importantes, grâce à des moteurs de plus en plus sobres. On comprend alors que les énergies traditionnelles conservent un avantage prépondérant aux yeux des entreprises.

> Lire la suite