La voiture autonome s'invite en Asie

 

 

(Paris, le 11 avril 2016)

Pékin met le turbo sur les véhicules autonomes. Les acquisitions se multiplient dans ce secteur: l’équipementier Ningbo Joyson Electronic vient ainsi d’annoncer deux acquisitions pour plus de 1 milliard de dollars (l’américain Key Safety Systems, qui développe un mé­canisme anticollision et l’allemand TechniSat Digital, spécialisé dans les systèmes de navigation). 

A ce jour, deux véhicules autonomes "made in China" existent. Le premier, le Hongqi HQ3, est issu des travaux de recherche de l’Université de la défense et du groupe FAW, et a à son actif un parcours de 286 kilomètres sur autoroute. Le second est développé par Baidu, le "Google chinois".

Déjà engagé dans le projet Drive Me à Göteborg, dont la mise en place est prévue en 2017 avec une centaine de XC 90 dans le trafic urbain, Volvo entend décliner un projet similaire en Chine. Le choix n’est pas très surprenant, quand on sait que la marque est la propriété du constructeur chinois Geely. Dans les prochains mois, des négociations démarreront avec les villes intéressées. Il s’agira de déterminer lesquelles seront en mesure de fournir les permissions, la réglementation et les infrastructures nécessaires pour permettre à l’expérimentation de voir le jour.

Selon Volvo, la technologie de conduite autonome réduit le nombre d’accidents de la route, fluidifie la circulation, limite la pollution et permet aux conducteurs de mieux utiliser le temps passé à bord de leur voiture. Autant de facteurs qui ont leur importance en Chine.

La Chine n’est pas le seul pays de la zone Asie à s’intéresser à cette thématique. Il faut compter naturellement avec le Japon, où Nissan a une longueur d’avance. Toyota et Honda y pratiquent aussi des tests. Une liste à laquelle il faut ajouter Bosch, qui a débuté il y a quelques mois des expérimentations sur route ouverte.

N’oublions pas non plus Singapour. Ce petit Etat est ouvert aux expérimentations. C’est d’ailleurs là-bas qu’Easymile (fruit d’une joint-venture entre Ligier et Robosoft) a installé une antenne pour vendre ses navettes autonomes dans la région.