La voiture autonome prend ses quartiers à Bordeaux

 


© DR
La voiture autonome ne relève plus, loin de là, du simple domaine de la science-fiction. Elle n’est pas non plus l’apanage des seuls géants américains Google et autres Apple, qui poussent à grands pas leurs projets. La filière française entend bel et bien mettre en avant ses atouts ; elle en aura l’occasion à Bordeaux, qui accueille pendant cinq jours (du 5 au 9 octobre) le Congrès mondial des systèmes de transport intelligent (ITS).

Plusieurs démonstrations sont en effet au programme dans les rues de la cité des merveilles. La C4 Picasso autonome a donné le top départ dès vendredi en ralliant Paris à Bordeaux par la route (via l’A10), grâce aux marquages au sol et à ses différents capteurs.

D’autres projets seront aussi mis en avant durant ce congrès international, comme les Fluence ZE de Renault qui ont participé au projet PAMU sur le service de voiturier automatique. Quant à l’institut pour la transition énergétique (ITE), il présentera pour la première fois quatre démonstrateurs, dont un véhicule Vedecom sur route ouverte.

Même si les professionnels de l’automobile ne prévoient pas l’avènement de la voiture autonome pour demain matin, mais envisagent plutôt un développement progressif, par additions successives de fonctions (à l’image de ce qu’a connu le téléphone portable), un large consensus existe pour prédire des évolutions incontournables dans ce domaine.

Mais pour réussir le pari de la voiture autonome, il faudra embarquer le plus grand nombre dans l’aventure. Le directeur innovation de Valeo, Guillaume Devauchelle, n’hésite d’ailleurs pas à affirmer que « le véhicule autonome, pour être compris et accepté, doit être partagé et n’appartient pas aux seuls ingénieurs ». Pas étonnant dès lors que Vedecom se soit adjoint les conseils d’un philosophe.

Le législateur devra aussi lever un certain nombre d’obstacles, en adaptant les règles à ces nouveaux enjeux. Rappelons, pour ne prendre qu’un seule exemple, que la législation française n’autorise pas aujourd’hui des véhicules sans chauffeur à circuler sur routes ouvertes...