La nouvelle Opel Ampera-e fait mieux que la ZOE

(Paris, le 24 avril 2017)

La marque allemande, qui fait désormais partie du groupe PSA, a lancé récemment dans certains pays européens l’Ampera-e. C’est une citadine électrique qui pourrait bien influencer les choix des gestionnaires de parc. Présentée en avant-première lors du Mondial de l’Automobile, en octobre dernier, l’Ampera-e est le pendant chez Opel de la Chevrolet Bolt. Il s’agit de la même voiture, qui est d’ailleurs fabriquée aux Etats-Unis dans l’usine GM d’Orion (Michigan).

Elle a la taille d’une Corsa, mais propose plus d’espace intérieur qu’une Astra. Autant l’Ampera était un véhicule avec petite batterie et prolongateur d’autonomie (tout comme la Chevrolet Volt à l’époque), autant l’Ampera-e est un véhicule 100 % électrique. Et son point fort est clairement l’autonomie. Affichée à 520 km d’autonomie (selon le cycle NEDC), elle permet de parcourir près de 400 km en usage réel (380 km, selon le cycle plus réaliste WLTP qui va être mis en place prochainement).

Pour avoir pu tester ce véhicule en Norvège, sur un parcours de plus de 200 km, alternant ville, campagne et voies rapides, l’OVE a pu constater que la promesse se vérifie. A l’issue de l’essai, il restait encore près de 200 km en réserve. Il se trouve que, tout comme la Renault ZOE, la citadine d’Opel récupère de l’énergie quand on freine ou qu’on relâche l’accélérateur. On peut d’ailleurs régler les différents niveaux de récupération d’énergie, sachant que si on active le mode L (Low) et qu’on se sert d’une palette située à gauche du volant, la décélération est telle qu’on peut éviter de recourir à la pédale de frein pour ralentir.

Dynamique (7,3 s pour accélérer de 0 à 100 km/h*) avec ses 204 ch et un couple de 360 Nm, et plutôt maniable, malgré les 430 kg de sa batterie (intégrée à plat dans le plancher), l’Ampera-e est une voiture qui autorise le conducteur à parcourir de longues distances. A condition d’éviter les autoroutes (la remarque vaut aussi pour les Tesla et n’importe quel VE), et en pratiquant l’éco conduite, on peut vraiment aller loin. Notre modèle d’essai affichait 407 km au démarrage, après une charge complète.

L’autre point fort est la possibilité de faire des recharges rapides. Sur une borne de 50 kW, la voiture peut récupérer 150 km d’autonomie en 30 mn. Elle nécessiterait par contre une trentaine d’heures sur une prise classique en 220 v pour une recharge complète.

« Das Elektro Auto », comme l’appelle Opel, est à ce jour la voiture électrique la plus performante chez les constructeurs classiques. Elle relègue très loin la ZOE (avec qui elle partage le même fournisseur de batterie, LG), l’e-Golf, la Leaf et l’i3. L’Ampera-e pourra rivaliser sans problème avec la future Tesla Model 3. Elle est aussi bien équipée avec des aides à la conduite et des services connectés (OnStar, CarPlay, Android Auto et des services spécifiques à l’électrique).

Son prix de 40 000 € est cependant élevé, d’autant que la finition est perfectible. La voiture est aussi bruyante à l’usage. Mais, c’est clairement une avancée spectaculaire en matière d’autonomie.

(*) C’est deux fois plus rapide qu’une ZOE