Honda CR-V hybride : la relève du Diesel ?

(Paris, le 21 décembre 2018)

Pariant sur le déclin des moteurs à gazole, en Europe comme en France, le constructeur japonais mise sur l’hybridation classique pour réduire le CO2.

Si Toyota est le champion incontesté de l’hybride, il ne faut pas oublier que Honda s’est lancé dans cette voie dès 1999 et qu’il a malgré tout vendu près de 2,5 millions de véhicules (dont un peu plus de 13 000 en France). Les volumes pourraient augmenter, notamment en Europe sur fond de désaffection du diesel, une motorisation que la marque prévoit d’ailleurs d’arrêter en 2021 dans cette région du monde.

Pour en revenir au Honda CR-V, qui a été restylé et qui existe aussi en version essence (1,5 L i-VTEC),  ce modèle va donc essentiellement s’écouler en version hybride. Il utilise la technologie i-MMD (Multi-Mode intelligente) qui combine deux moteurs électriques, un moteur à essence 2 litres 145 ch à cycle Atkinson, une batterie au lithium-ion et une transmission fixe. L’ensemble développe  184 ch. La marque a développé un système qui permet de proposer le mode de conduite le mieux adapté et d'apporter de l'assistance électrique à pratiquement tous les régimes, avec trois modes de conduite possibles. Le premier est le « EV Drive », avec la batterie lithium-ion qui fournit directement l’énergie au moteur électrique. Le second est le « Hybrid Drive », avec le moteur thermique qui  fournit la puissance à un moteur générateur d’électricité, qui la fournit à son tour au moteur à propulsion électrique. Le troisième est enfin, l’« Engine Drive » avec le moteur thermique directement connecté aux roues via un embrayage.

Silencieux et plutôt confortable, ce SUV revendique 119 g/km de CO2 (en NEDC corrélé) pour la version 2 roues motrices (qui générera un léger malus de 45 €) et 125 g pour la version 4x4 (malus de 75 euros). Et la promesse est respectée, avec une consommation de 5,5 litres. Honda a fait le choix d’une hybridation plus abordable, même si l’hybride rechargeable est considéré pour de futurs modèles. La marque prévoit en effet de faire 50 % de ses ventes avec des modèles électrifiés d’ici 2025.

Le nouveau CR-V se distingue par une montée en gamme. La présentation intérieure est plus cossue et le SUV privilégie le confort, y compris acoustique. Sur le plan des technologies embarquées, rien à redire sur la connectivité (CarPlay et Android Auto), ni sur les aides à la conduite. Honda propose un SUV qui est à la page, excepté pour le GPS embarqué dont le graphisme est un peu désuet et pas très intuitif au niveau de l’affichage.

Cela mis à part, Honda est de retour dans l’hybride. Et même si les ambitions sont modestes (à peine 3 000 exemplaires pour 2019), le CR-V pourrait séduire les entreprises.