Cap sur la station service "nouvelle génération"

(Paris, le 13 juillet 2016)

Alors que les véhicules thermiques, sont désormais pointés du doigt de toutes parts, certains acteurs tentent de trouver des alternatives, et pas seulement électriques.

Après avoir installé en décembre dernier la première station de recharge pour véhicule à hydrogène à Paris, en marge de la COP21, Air Liquide, le leader mondial des gaz pour l’industrie et la santé,  innove à nouveau. Le groupe a récemment installé en banlieue de Nancy une station multi-énergies propres. Cette station unique en son genre, destinée au transport routier de marchandises, propose pour la première fois en un même lieu un ravitaillement en gaz naturel comprimé (GNC), en gaz naturel liquéfié (GNL) et en azote liquide.

Le GNC et le GNL sont tous deux utilisés comme carburant : le premier est destiné aux voitures et utilitaires légers, permettant une autonomie d’environ 300 kilomètres. Le second, plus dense, permet aux poids-lourds, bus et cars de parcourir de plus longues distances.

Ces carburants se révèlent être réellement écologiques lorsqu’ils sont issus de biogaz, c’est-à-dire fabriqués à partir de bio-méthane, résultat de la méthanisation, qui est une dégradation naturelle de matière organique dont on extrait le gaz.

L’azote liquide, quant à lui, sert à réapprovisionner les camions dotés de cellules frigorifiées. Cette technologie développée par Air Liquide, sous le nom de Blueeze, n’utilise aucun moteur thermique, permettant d’obtenir une baisse de 85% de l’empreinte carbone du groupe frigorifique, ainsi qu’une réduction sensible du bruit.

Cette nouvelle station multi-énergies vient s’ajouter à la soixantaine de stations GNV d’ores et déjà présentes en France. En effet, contrairement à d’autres marchés européens, notamment l’Italie,  les ventes de véhicules GNV en France restent anecdotiques, avec seulement 534 immatriculations enregistrées en 2015, VP et VUL confondus.

Air Liquide envisage de proposer un quatrième type de carburant dans sa station nouvelle génération : l’hydrogène.  Encore  méconnue en France, la pile à combustible alimentée à l’hydrogène se pose pourtant en réelle alternative aux batteries au lithium, avec un temps de recharge record de 5 minutes pour une autonomie de 500 kilomètres. Déjà présent au Japon (5 stations à hydrogène) par le biais d’un accord avec Toyota pour la promotion de sa Mirai, Air Liquide a également installé des stations de recharge en Europe du nord, notamment en Allemagne, aux Pays-Bas et au Danemark.