Coup de froid sur le véhicule d'entreprise en Septembre

(Paris, le 5 octobre 2018)

Les mois se suivent et ne se ressemblent pas pour le marché du véhicule d’entreprise. Après un mois d’août flamboyant, sans doute lié à l’arrivée de la nouvelle norme d’homologation WLTP, le soufflé est brutalement retombé en septembre. Au total, le cumul des mises à la route en entreprise sur neuf mois affiche une croissance de +4 % à 599 566 unités (VP+VUL), selon les chiffres de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise (OVE). Pour rappel, le marché entreprise suivi par l’OVE inclut les administrations, les loueurs longue durée et les sociétés hors automobiles.

• Le marché entreprise en Septembre

L’atterrissage est brutal pour le marché entreprise. Après un mois d’août très actif et une hausse de +20,1 % des immatriculations VP + VUL, à 53 725 unités, le mois de septembre marque une chute des immatriculations de -12,1 % (59 800 unités VP + VUL), avec un jour ouvré de moins qu’en 2017.

Les deux segments du marché sont en recul, l’un plus fortement que l’autre : le VP encaisse une baisse de -18,3 % des immatriculations (33 011 unités), preuve que les entreprises et les constructeurs ont bel et bien anticipé la norme WLTP en août, tandis que le VUL affiche un repli de -3 % (26 789 unités). Il est vrai que la norme WLTP ne s’applique pour l’instant qu’aux seuls VP .

Côté énergies, l’essence fait toujours la course en tête avec une progression des immatriculations de +37,9 % sur un mois (10 199 VP + VUL). Pour les VP uniquement, la hausse ressort à +32,8 % (8 906 unités). Les VUL sont aussi bien orientés sur les motorisations essence, avec un bond de +87,4 % des immatriculations (1 293 unités).

La chute du diesel s’est nettement accélérée en septembre avec un repli des immatriculations à deux chiffres, tant en VP+VUL  qu’en VP, à respectivement -20,7 % (45 740 unités VP + VUL) et -32,4 % (21 196 unités VP).

 Le bilan de l’électrique reste bien orienté avec des immatriculations en progression de +46,4 % en cumulant VP + VUL (1 729 unités). Sur le segment des VP seuls, le rythme des immatriculations tend même à s’accélérer au fil des mois, avec une hausse en septembre de +38,7 % (960 unités). Le VUL , lui aussi, voit ses immatriculations électriques augmenter de +57,3 % à 769 unités.

Du côté des hybrides enfin, la tendance reste positive mais le rythme de progression tend à ralentir. Les immatriculations totales d’hybrides (rechargeables et non rechargeables) s’inscrivent en hausse de + 19,5 % à 1 951 VP + VUL, deux fois moins rapides qu’en juillet et qu’en août. Les deux segments de marché n’évoluent toujours pas dans le même sens, avec un repli des immatriculations d’hybrides rechargeables (-6,2 % à 543 VP + VUL) et une hausse de +33,7 % pour les hybrides simples (1 408 unités).

• Le marché entreprise en cumul sur 9 mois (Janvier-Septembre)

Sur neuf mois, le marché du véhicule d’entreprise affiche une progression totale de +4 %, à 599 566 unités (VP + VUL).

Par segment de marché, l’activité depuis le début de l’année reste soutenue par les véhicules particuliers (VP), dont les immatriculations s’inscrivent en hausse de +5,3 % en cumul (352 449 unités). Le marché du véhicule utilitaire léger (VUL) voit son rythme de croissance ralentir, avec une progression de +2,3 % en cumulé à 247 117 unités.

Par type d’énergies, le diesel poursuit son repli sur neuf mois, avec une baisse des immatriculations de -2,7 % à 476 744 unités (VP+VUL). La part de marché de l’énergie reine dans les flottes s’effrite un peu plus (à 79,5 %). Les immatriculations de diesel sont en recul sur les VP de -5,3 % à 244 547 unités, avec une part de marché de 69,4 %.

Les immatriculations de VP et de VUL essence affichent une augmentation de leurs mises à la route de +43 % sur neuf mois, à 92 262 unités. La hausse touche à la fois les VP et les VUL (respectivement + 40,5 % à 83 214 unités, et + 71,5 % à 9 048 unités). Au total, la part de marché de l’essence en entreprise (VP+VUL) s’établit fin septembre à 15,4 %. Sur les seuls VP, elle atteint désormais 23,6 % et 3,7 % sur les VUL.

Les immatriculations de véhicules électriques en entreprise continuent leur lente marche en avant. La progression des immatriculations est de + 34,8 % (10 952 unités VP + VUL). La part de marché s’établit dorénavant à 1,8 %, après avoir stagné plusieurs à 1,7 %. La croissance concerne une nouvelle fois, aussi bien les VP (+ 34,9 % à 6  136 unités) que les VUL (+ 34,7 % à 4 816 unités).

Côté hybrides, à qui les constructeurs promettent un bel avenir dans les entreprises, les immatriculations restent orientées  à la hausse sur neuf mois : + 44,5 % (18 853 VP + VUL). La part de marché des hybrides atteint 3,1 %, ce qui reste malgré faible. Les hybrides rechargeables affichent des immatriculations en progression de +47,1 % depuis le début de l’année (5 361 unités), tandis que les hybrides non rechargeables progressent de +43,5 % (13 492 unités VP + VUL). Sur le seul segment des VP, les hybrides revendiquent une part de marché de 5,2 %, avec des immatriculations en progression de  +45 % (18 380 unités).

...................................................................

 

 

 

Le marché du véhicule d'entreprise accélère encore en Août

(Paris, le 11 septembre 2018)

Le cumul des mises à la route en entreprise sur huit mois affiche une croissance de +6,2 % à 539 766 unités (VP+VUL), selon les chiffres de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise (OVE). Pour rappel, le marché entreprise suivi par l’OVE inclut les administrations, les loueurs longue durée et les sociétés hors automobiles.

  • Le marché entreprise en Août

C’est un mois d’août actif (comme d’ailleurs le marché automobile national) qu’a connu le véhicule d’entreprise avec une hausse de +20,1 % par rapport à la même période de 2017, à 53 725 unités (VP+VUL). La croissance est à l’ordre du jour sur les deux segments, avec une forte progression du VP (+28,9 % à 34 127 unités) et une hausse du VUL de +7,3 %, à 19 598 unités.

Côté énergies, c’est l’essence qui tire son épingle du jeu, avec des immatriculations qui bondissent sur le mois de +116,2 % à 9 979 unités (VP+VUL). Pour les VP uniquement, la progression de l’essence s’établit même à +118,9 % avec  9 212 unités.

Les immatriculations de véhicules diesel restent positives, avec une croissance de +7,7 %, à 40 871 unités (VP+VUL). Les immatriculations de VP diesel augmentent sur le mois de +9,2 % à 22 471 unités, contre +6 %, à 18 400 unités pour le VUL.

Le bilan de l’électrique fait apparaître une baisse des immatriculations de -2 % (VP+VUL) à 780 unités. La surprise vient du coup d’arrêt sur les VUL électriques, dont les immatriculations affichent un repli de -27,8 %, à 307 unités (une première depuis le début de l’année 2018). Sur les VP, la tendance reste au contraire positive avec une croissance de +27,5 %, à 473 unités.

La tendance demeure également bien orientée sur les hybrides avec une progression totale VP+VUL de +46,7 %, à 1 959 unités. Les deux segments de marché n’évoluent pas dans le même sens, puisque les immatriculations d’hybrides rechargeables reculent (-28,3 % à 713 unités), alors que les non rechargeables continuent leur marche en avant (+266,5 % à 1 246 unités).

  • Le marché entreprise en cumul sur 8 mois (Janvier-Août)

Sur huit mois, le marché du véhicule d’entreprise affiche une progression totale de +6,2 %, à 539 766 unités (VP + VUL).

Par segment de marché, l’activité depuis le début de l’année est toujours soutenue par les véhicules particuliers (VP), dont les immatriculations s’inscrivent en hausse de +8,5 % en cumul à fin août (319 438 unités), alors qu’en 2017 ces mêmes immatriculations s’inscrivaient en repli de -1,8 % à 508 390 unités pour la même période. Le marché du véhicule utilitaire léger (VUL) voit son rythme de croissance ralentir, avec une progression de +2,9 % seulement en cumulé à 220 328 unités.

Par type d’énergies, le diesel affiche sur 8 mois une baisse des immatriculations de -0,3 % à 431 004 unités (VP+VUL). Pour la première fois, sa part de marché passe sous la barre des 80 % (à 79,9 %). Les immatriculations de diesel sont en recul sur les VP de -1,5 % à 223 351 unités, avec une part de marché sous la barre des 70 % (69,9 %) et en légère hausse pour les VUL (+ 1 % à 207 653 unités).

Les immatriculations de VP et de VUL essence affichent une augmentation de leurs mises à la route de +43,7 % sur huit mois, à 82 063 unités. La hausse touche à la fois les VP et les VUL (respectivement + 41,5 % à 74 308 unités, et + 69,1 % à 7 755 unités). Au total, la part de marché de l’essence en entreprise (VP+VUL) s’établit à fin août à 15,2 % contre 11,51 % à la même période de 2017.

Les immatriculations de véhicules électriques en entreprise s’inscrivent en progression de +32,8 % sur huit mois, avec 9 223 unités et une part de marché de 1,7 %. A noter que la croissance concerne aussi bien les VP que les VUL avec respectivement +34,2 % (5 176 unités)  et +31,1 % (4 047 unités).

Côté hybrides, la tendance reste orientée à la hausse, plus particulièrement pour les hybrides rechargeables avec +51,5 % à 4 646 unités (VP+VUL). Au total les immatriculations d’hybrides (VP + VUL) progressent de +44 %, à 16 439 unités, avec une part de marché de 3 %. Sur le seule segment des VP, les hybrides rechargeables progressent de +51,7 % (4 640 unités) et les non rechargeables de + 42 % (11 369 unités).

..........................................................................................................

 

Le marché du véhicule d'entreprise s'accentue en Juillet

(Paris, le 14 aout 2018) 

Le cumul des mises à la route en entreprise sur 7 mois affiche désormais une croissance de 4,8 % à 486 041 unités (VP+VUL), selon les chiffres de l'Observatoire du Véhicule d'Entreprise (OVE). 

• Le marché entreprise en Juillet

Avec une progression des immatriculations VP et VUL de +12,3 % à 68 166 unités, le mois de juillet marque une nette accentuation de l'activité. Pour mémoire, le mois de juin était en hausse de 1,9 % seulement. 

Par segment de marché, les VP affichent une bonne tenue avec des immatriculations en hausse de +16,9 % à 41 424 unités. Du côté des VUL, le rythme se fait plus timide avec une croissance de +5,8 % à 26 742 unités.

Sur le front des énergies, les évolutions se font plus marquantes avec la montée en puissance de l’essence, dont les immatriculations progressent de +62,8 % à 11 187 unités (VP+VUL). Pour les VP uniquement, la progression de l’essence s’établit à 61,9 % à 10 064 unités.

Quant au diesel, il affiche une hausse légère de +3,9 % à 53 314 unités (VP+VUL). Une croissance qu’on retrouve sur les VP avec +4,4 % à 28 445 unités et sur le VUL avec +3,3%  à 24 869 unités.

Côté véhicules électriques, c’est une tendance à la hausse avec une croissance de +34,5 % des immatriculations VP+VUL à 1 217 unités.

Chez les hybrides, les performances commerciales positives se confirment avec une hausse des immatriculations de +49 % à 2 293 unités (VP+VUL), dont 582 d’hybrides rechargeables (+27,1 %) et 1 711 d’hybrides non rechargeables (+58,3 %).

• Le marché entreprise en cumul sur sept mois (Janvier-Juillet)

Le marché du véhicule d’entreprise reste clairement orienté à la hausse depuis le début de l’année, avec une progression des immatriculations de 4,8 % à 486 041 unités (VP+VUL). Pour rappel, le marché était en léger repli de -0,1 % en 2017 sur la même période.

Par segment de marché, l’activité continue d’être soutenue par les VP avec une hausse de +6,5 % à 285 311 unités. Les VUL pour leur part progressent de +2,5 % à 200 730 unités.

La recomposition du mix-énergétique au sein des flottes d’entreprise se poursuit au profit de l’essence et de l’électrique, tous deux en hausse de +37,3 % (VP+VUL) : 72 084 unités pour l’essence et 8 443 unités pour l’électrique. Quant au diesel, il affiche un petit déclin de -1,1 % à 390 133 unités (VP+VUL).  Sa part de marché s’établit à 80,3 %, soit 4, 8 points de moins par rapport à la même période de 2017.

Sur le seul segment des VP, le diesel recule de -2,6 % en nombre d’immatriculations (200 880 unités) et sa part de marché s’établit à 70,4 %, soit 6,6 points de moins qu’à la même période 2017.

La hausse des immatriculations essence touche à la fois les VP et les VUL avec respectivement +34,7 % à 65 096 unités et +67,2 % à 6 988 unités. Au total, la part de marché de l’essence en entreprise (VP+VUL) s’établit sur sept mois à 14,8 % contre 11,3 % à la même période de 2017. Sur le seul segment des VP, l’essence affiche désormais une part de marché de 22,8 %.

Les véhicules électriques sont aussi en hausse, avec une part de marché de 1,7 %  (VP+VUL). Ce sont les VUL qui tirent cette énergie en entreprise, grâce à une croissance de +40,5 % (3 740 unités), même si la progression reste soutenue dans les VP avec une hausse de +34,9 % à 4 703 unités.

Côté hybrides, la tendance est aussi à la hausse des immatriculations : +44,2 % pour les VP et +25,2 % pour les VUL. Les hybrides rechargeables (44,3 % à 3 933 unités VP+VUL) et les hybrides non rechargeables (+43,4 % à 10 547 unités VP+VUL), tirent l’ensemble du segment.

..........................................................................................................

 

Un premier semestre 2018 positif pour le marché entreprise

(Paris, le 11 juillet 2018)

Le marché du véhicule d’entreprise a connu une hausse de 3,7 % des immatriculations de VP et de VUL sur le premier semestre 2018, selon les chiffres de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise (OVE), à 417 875 unités. Cette croissance est toutefois moins rapide que celle du marché automobile pris dans son ensemble puisque, selon les statistiques du CCFA, les immatriculations de VP et de VUL se sont inscrites sur la même période en progression de 5,6 % à 1 429 421 unités.

• Le marché entreprise en Juin

Après un mois de mai décevant (baisse des immatriculations de VO et de VUL de -1,7 %, à 64 531 unités), le mois de juin a repris sa marche en avant. Les immatriculations (VP + VUL) ont augmenté de 1,9 % à 82 952 unités.

Par segment de marché, ce sont les VP qui affichent le plus fort dynamisme avec une hausse des immatriculations de 3 % (49 590 unités), alors que les VUL sont restés stables (0,4 %, à 33 362 unités).

Côté énergies, en incluant les VP et les VUL, le repli des immatriculations diesel s’établit sur un mois à -5,1 % (65 136 unités). Dans le même temps l’essence bondit de 41,1 % à 13 793 unités. Les véhicules électrique augmentent de 32 % (1 623 unités) et les hybrides de 39,6 % (2 297 unités).

• Le marché entreprise en cumul sur six mois (Janvier-Juin)

Le marché du véhicule d’entreprise affiche sur six mois une progression des immatriculations de 3,7 % à 417 875 unités (VP + VUL), avec 124 jours ouvrés contre 125 pour la même période de 2017.

Par segment de marché, l’activité a été soutenue surtout par les véhicules particuliers (VP), avec une hausse des immatriculations de 4,9 % (243 887 unités), soit un rythme deux fois plus rapide que celui du marché des véhicules utilitaires (VUL), en hausse de 2,1 % à 173 988 unités.

Par type d’énergies, le diesel affiche un repli de -1,8 % à 336 819 unités (VP +VUL), avec une part de marché de 80,6 % (soit 4,5 points de moins qu’à fin juin  2017). Sur le seul segment des VP, la part de marché du diesel s’établit à 70,7 %, avec des immatriculations en repli de 3,6 % (172 435 unités).

Dans le même temps, l’essence voit ses immatriculations augmenter de 33,5%, à 60 897 unités (VP + VUL) et une part de marché de 14,6 %. C’est 3,3 points de plus qu’en juin 2017. Sur le seul segment des VP, la part de marché de l’essence atteint 22,6 %, grâce à des immatriculations en croissance de 30,7 % (55 032 unités).

Les immatriculations de véhicules électriques en entreprise s’inscrivent en hausse de 37,8 % sur le premier semestre, avec 7 226 immatriculations (VP + VUL). La part de marché de l’électrique reste toutefois stable à 1,7 %. Depuis plusieurs mois, le rythme de croissance de l’électrique est plus rapide en entreprise que sur le marché automobile global. Selon l’Avere, les immatriculations de VP et de VUL électriques ont progressé de 12% sur les six premiers mois de l’année pour atteindre 18 000 unités. Soit un rythme trois fois moins rapide qu’en entreprise.

Pour leur part, les véhicules hybrides enregistrent une hausse de leurs immatriculations de 46,7 % à 12 532 unités (VP + VUL), avec une part de marché de 3 %. Les hybrides rechargeables (53,3 % à 3 477 unités VP + VUL), comme les hybrides non rechargeables (44,3 % à 9 055 unités) contribuent à cette progression. En un an, les hybrides se sont arrogés un point de part de marché supplémentaire, pour atteindre 3 %. Si l’on considère le seule segment des VP, les immatriculations de véhicules hybrides affichent une progression de 47,7 % (12 208 unités) et une part de marché de 5 %.  

...................................................................................................

 

 

Le marché du véhicule d'entreprise a fait relâche en mai

(Paris, le 6 juin 2018)

En mai le marché du véhicule d’entreprise a fait le pont, comme d’ailleurs la France entière, à la faveur d'un calendrier particulièrement généreux cette année. Selon les chiffres de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise (OVE), les  immatriculations se sont inscrites en repli de -1,7 % à 64 531 VP + VUL. Le cumul des mises à la route en entreprise sur cinq mois reste toutefois en croissance de +4,2 % avec un total de 334 923 unités (VP + VUL). A noter que le mois de mai 2018 compte un jour ouvré de moins qu’en 2017 (19 contre 20).

• Le marché entreprise en Mai

Avec un repli des immatriculations VP et VUL de -1,7 %, à 64 531 unités, le mois de mai enregistre un petit coup d’arrêt de l’activité. 

Par segment de marché, ce sont les VP qui affichent la plus forte baisse des immatriculations (-2,6 % à 37 829 unités), tandis que les VUL résistent (-0,2 % à 26 702 unités).

Sur le front des énergies, la recomposition du mix énergétique se poursuit au sein des entreprises, avec un repli des immatriculations diesel de -5,6 %, à 51 889 VP + VUL. Du côté de l’essence, la croissance est de +12,5 % à 9 573 immatriculations VP + VUL.  Par segment de marché, les immatriculations de VP essence affichent une progression de +9,7 % % sur un mois (8 658 unités) et de +46,9 %  pour les VUL (915 unités).

Les immatriculations de véhicules électriques restent bien orientées avec une croissance de +31,8 % (1 093 VP + VUL). Et de +46,4 % sur les VP (691 unités). A noter que ces progressions sont toutefois moindres que celles affichées en avril.

Enfin les hybrides poursuivent leur pénétration au sein des entreprises, avec une hausse des immatriculations de +51,5 % à 1 914 unités, dont 600 hybrides rechargeables (+ 47,1 %) et 1 314 hybrides non rechargeables (+53,7 %).

• Le marché entreprise en cumul sur cinq mois (Janvier-Mai)

Le marché du véhicule d’entreprise affiche sur cinq mois une progression des immatriculations de +4,2 % à 334 923 unités (VP + VUL), avec 103 jours ouvrés contre 104 pour la même période de 2017.

Par segment de marché, l’activité continue d’être soutenue pour les  véhicules particuliers (VP), avec une hausse des immatriculations de +5,4 % (194 297 unités), soit un rythme deux fois plus rapide que celui du marché des véhicules utilitaires (VUL), en hausse de +2,5 % à 140 626 unités.

Par type d’énergies, le diesel affiche un léger repli de -1 % à 271 683 unités (VP +VUL) et une part de marché de 81,1 % (soit 4,3 points de moins qu’à fin mai 2017). Dans le même temps, l’essence voit ses immatriculations augmenter de +31,4 % à 47 104 unités (VP + VUL) et une part de marché de 14,1 %.

Sur le seul segment des VP, le diesel recule de -2,5 % en nombre d’immatriculations (138 600 unités), avec une part de marché de 71,3 %, soit 5,8 points de moins qu’à la même période de 2017. Quant aux VP essence, leurs immatriculations progressent sur cinq mois de +28 % (42 461 unités), avec une part de marché de 21,9 %., soit 3,9 points de plus qu’en 2017 sur la même période. 

La part de marché des véhicules électriques reste stable depuis le début de l’année, à 1,7 %, alors que les immatriculations affichent une hausse de +39,6 % à 5 603 unités (VP + VUL). Par type de véhicules, les VP affichent une hausse de +39,9 % (3 183 unités), alors que les VUL enregistrent une progression de +39,3 % (2 420 unités).

Côté hybrides, la tendance demeure toujours bien orientée, avec une progression des immatriculations totales (VP + VUL) de +48,4 % (10 235 unités). Les hybrides rechargeables (+62,8 %, à 2 728 unités VP + VUL), comme les hybrides non rechargeables (+ 43,8 %, à 7 507 unités) tirent l’activité. En un an, les hybrides se sont arrogés un point de part de marché supplémentaire, pour atteindre 3,1 %.  Sur le seul segment des VP, la part de marché totale des hybrides atteint 5,1 %, avec des immatriculations en hausse de + 49,6 % depuis le début de l’année à 9 972 unités.  

.............................................................................................................

 

(Paris, le 9 mai 2018)

Le marché du véhicule d’entreprise accélère en avril

C’est un mois d’avril actif qu’a connu le véhicule d’entreprise, avec certes un jour ouvré en plus par rapport à 2017. Selon les chiffres de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise, les immatriculations s’inscrivent en hausse de 7,1 % à 65 006 unités (VP + VUL). Le cumul des mises à la route en entreprise sur quatre mois affiche désormais une croissance de 6,7 %, à 272 949 unités (VP + VUL).

• Le marché entreprise en avril

Avec une progression des immatriculations VP et VUL de +7,1 %, à 65 006 unités, le mois d’avril marque une accélération de l’activité.  Pour mémoire, le mois de mars était en hausse + 2,9 % seulement.

Par segment de marché, les VP affichent une bonne tenue avec des immatriculations en hausse de +8,8 % à 37 572 unités. Du côté des VUL, le rythme est moins soutenu mais la croissance est bien là : +4,8 % à 27 434 unités.

Sur le front des énergies, les évolutions se font plus marquantes avec la montée en puissance de l’essence, dont les immatriculations progressent de 36,2 % à 9 928 unités (VP + VUL). Pour les VP uniquement la progression de l’essence s’établit à 31,4 % à 8 992 unités.

Quant au diesel, il affiche toujours une petite hausse de 1,1 % à 52 213 unités (VP + VUL). Le repli du diesel est en revanche en marche dans les VP, avec un recul de -1 % des immatriculations sur un mois à 26 126 unités, alors que sur le VUL, il reste dans le vert (+3,2 % à 26 087 unités).

Les immatriculations de véhicules électriques, poursuivent leur tendance haussière, avec une croissance de +43,9 % des immatriculations VP + VUL (948 unités) et surtout, un bond de 84,2 % sur le seul segment des VP.

Enfin, les hybrides affichent une nouvelle fois des performances commerciales très positives, avec une hausse des immatriculations de +83,2 % à 1 878 unités, dont 448 d’hybrides rechargeables (+ 60,6 %) et 1 430 hybrides non rechargeables (+91,7 %).

• Le marché entreprise en cumul sur quatre mois (Janvier-Avril)

Le marché du véhicule d’entreprise reste clairement orienté à la hausse depuis le début de l’année, avec une progression des immatriculations de 6,7 % à 272 949 unités (VP + VUL). Pour rappel, le marché était en repli de -2,4 % en 2017 sur la même période.

Par segment de marché, l’activité continue d’être soutenue par les véhicules particuliers (VP). Les immatriculations s’inscrivent en hausse de +9,3 % à 158 933 unités. Les VUL pour leur part progressent de +3,2 % à 114 016 unités.

La recomposition du mix-énergétique au sein des flottes d’entreprise se poursuit, lentement mais sûrement, au profit de l’essence. Le diesel stagne avec une toute petite progression de +0,4 % (220 396 VP + VUL). Sa part de marché s’établit à 80,7 %, soit 5,1 points de moins par rapport à la même période de 2017.

Sur le seul segment des VP, le diesel recule de -0,3 % en nombre d’immatriculations (112 501 unités) et sa part de marché s’établit à 70,8 %, soit 6,8 points de moins qu’à la même période de 2017.

Les immatriculations de VP et de VUL essence enregistrent de leur côté une croissance de +44 % à 39 382 unités (VP + VUL). La hausse touche à la fois les VP et les VUL (respectivement + 41 % à 35 654 unités et + 80,9 % à 3 728 unités).  Au total, la part de marché de l’essence en entreprise (VP et VUL) s’établit sur quatre mois à 14,4 %, contre 10,7 % à la même période de 2017. Sur le seul segment des VP, l’essence affiche désormais une part de marché de 22,4 %.

Les véhicules électriques restent stables, avec une part de marché de 1,7 %, et des immatriculations en hausse de +41,7 %  (4 511 VP + VUL). Ce sont les VUL qui tirent cette énergie en entreprise, grâce à une croissance de +46,2 % (2 018 unités), même si la progression reste soutenue dans les VP (+38,2 % à 2 493 unités).

Côté hybrides, la tendance reste aussi à la hausse des immatriculations : +49,5 % pour les VP et les VUL (8 424 unités). Les hybrides rechargeables (+67,9 %, à 2 129 unités VP + VUL), comme les hybrides non rechargeables (+ 44,2 %, à 6 295 unités VP + VUL), tirent l’ensemble du segment.

...........................................................................

 

(Paris, le 9 avril 2018)

Un premier trimestre soutenu pour le véhicule d’entreprise

C’est un bon premier trimestre 2018 que vient de signer le marché du véhicule d’entreprise. Selon les chiffres de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise, le cumul des mises à la route en entreprise sur trois mois affiche une progression de 6,5 % à 207 943 unités (VP + VUL) par rapport à 2017, avec un jour ouvré de moins cette année.

• Le marché entreprise en mars

Avec une progression des immatriculations VP et VUL de +2,9 %, à 79 278 unités, le mois de mars affiche le résultat le plus faible depuis le début de l’année.  Pour mémoire, le marché avait progressé de 8,4 % en février et 9,4 % en janvier. 

Par segment de marché, les VP affichent une petite croissance de +2,2 % à 45 339 unités. Là aussi, c’est la plus faible progression depuis le début de l’année, après +13,8 % en février et +14,7 % en janvier. Du côté des VUL, c’est la situation inverse. Mars signe en effet sur ce segment, le meilleur résultat avec une hausse des immatriculations de +3,9 % à 33 939 unités, contre +1,5 % en février et + 2,4 % en janvier.

Par type d’énergie, le diesel subit un coup d’arrêt en mars ; ses immatriculations reculent de -2,9 % à 63 190 unités (VP + VUL). C’est une première en rythme mensuel depuis le début de l’année. Le repli est particulièrement net dans les VP, avec une baisse de -7,2 % des immatriculations (31 217 unités), alors que sur le VUL, le diesel reste en croissance de +1,7 % (31 973 unités).

C’est l’essence qui profite de cette désaffection. Ses immatriculations bondissent de +36,2 % (VP + VUL) à 12 057 unités. Pour les VP uniquement la progression est de +31,5 % (10 776 unités), tandis que sur le segment des VUL, la hausse atteint +94,4 % (1 281 unités).

Les immatriculations de véhicules électriques, qui affichaient une croissance molle depuis le début de l’année (+32 % en février et +28,8 % en janvier), ont bien rebondi en mars, avec une hausse de +55,4 % à 1 672 unités (VP + VUL). Les immatriculations de VP électriques affichent pour leur part une progression de +70,1 % à 1 068 unités.

La conjoncture reste bien orientée pour les hybrides, avec des immatriculations en hausse de +21 % à 2 301 unités (VP + VUL). Mais les deux premiers mois de 2018 étaient plus dynamiques avec des croissances de +45,7 % en février et +67,2 %. Comme les mois précédents, ce sont avant tout les hybrides rechargeables qui portent l’activité, avec une hausse des immatriculations de 56,3 % (675 unités).

• Le marché entreprise en cumul sur trois mois

Le premier trimestre 2018 enregistre une croissance des immatriculations de +6,5 % à 207 943 unités (VP + VUL). Il fait nettement mieux que la même période de 2017 (-0,8 % à 195 210 unités), mais reste en deçà de la croissance de 2016 (+11,1 % à 196 812 unités).

Par segment de marché, contrairement à 2017, l’activité est surtout soutenue au premier trimestre par les véhicules particuliers (VP). Les immatriculations s’inscrivent en hausse de +9,4 % à 121 361 unités. Dans le même temps, les VUL progressent de +2,7 % à 86 582 unités.

C’est sur le front du mix-énergétique que les évolutions sont les plus  sensibles. Le diesel affiche une croissance insignifiante de +0,2 % à 168 183 unités (VP + VUL). Sa part de marché tombe à 80,9 %, soit 3,66 points de moins qu’à la fin 2017 et 5,1 points de moins par rapport au premier trimestre 2017.

Sur le seul segment des VP, le diesel recule de -0,1 % en nombre d’immatriculations (86 375 unités) et sa part de marché s’établit à 71,2 %, soit 6,8 points de moins qu’à la même période de 2017 et 5,38 points de moins que fin 2017.

Les immatriculations de VP et de VUL essence profitent de la situation, avec une croissance de +46,9 % à 29 454 unités (VP + VUL). La hausse touche à la fois les VP et les VUL (respectivement + 44,6 % à 26 662 unités et + 72,9 % à 2 792 unités).  Au total, la part de marché de l’essence en entreprise (VP et VUL) s’établit au premier trimestre à 14,2 %, contre 11,51 % à fin 2017 et 10,3 % au premier trimestre 2017. Sur le seul segment des VP, l’essence affiche désormais une part de marché de 22 %.

Les véhicules électriques avancent toujours à petits pas en entreprise, avec une part de marché de 1,7 % à la fin du premier trimestre et des immatriculations en hausse de +41,1 %  (3563 VP + VUL). Soit 0,23 point de plus par rapport à la fin de l’année 2017 et 0,4 point supplémentaire par rapport à la même période de 2017. Ce sont les VUL qui tirent cette énergie en entreprise, grâce à une croissance de +59,7 % (1 678 unités), tandis que la progression est de +27,9 % dans les VP (1 885 unités).

Côté hybrides, malgré la disparition totale des aides à l’achat depuis le 1er janvier, la tendance est à la hausse des immatriculations : +42 % pour les VP et les VUL (6 546 unités), soit nettement plus que la progression affichée au premier trimestre 2017 (+1,6 % à 4 611 unités). Ce sont les hybrides rechargeables qui tirent l’ensemble du segment avec une progression de +69,8 % (1 681 unités), exclusivement due aux VP.

....................................................................

(Paris, le 09 mars 2018)

Le marché du véhicule d’entreprise poursuit sa croissance en février

Après un bon mois de janvier (hausse de 9,4 % des immatriculations VP et VUL), le mois de février reste sur une bonne tendance. Selon les chiffres de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise, le cumul des mises à la route en entreprise sur deux mois affiche une progression de 8,9 % à 128 665 unités (VP + VUL). La hausse est de 8,4 % sur le seul mois de février à 65 338 unités (VP + VUL), avec le même nombre de jours ouvrés par rapport à 2017.

• Le marché entreprise en février

Par segment de marché, les VP affichent une hausse des immatriculations de 13,8 % à 38 365 unités. Du côté des VUL, le rythme de croissance est plus lent, à +1,5 % (26 973 unités). 
Par type d’énergie, le diesel affiche une hausse des immatriculations de 2,2 %, identique à celle de janvier, avec 53 117 VP + VUL. Sur le seul segment des VP, la hausse est de 5 % (27 598 unités). Au total la part de marché du diesel ressort à 81 ,30 %.

L’essence voit ses immatriculations bondir de 49,4 % en février à 9 204 unités (VP + VUL). La progression est à mettre au crédit tout à la fois des VP (+48,2 % à 8 421 unités) que des VUL (+63,1 % à 793 unités).
 
Les immatriculations de véhicules électriques ressortent en hausse de 32 % à 1 032 unités VP + VUL. En février il s’est immatriculé plus de VUL (568 unités, + 66,1 %) que de VP (464 unités, + 5,5 %).

Les mises à la route de véhicules hybrides affichent une progression de 45,7 % à 1 931 unités (VP + VUL), soutenues essentiellement par les hybrides rechargeables (+80,7 % à 497 unités). 

• Le marché entreprise en cumul sur deux mois

Par segment de marché, l’activité depuis le début de l’année est toujours soutenue par les véhicules particuliers (VP), dont les immatriculations s’inscrivent en hausse de 14,2 % en cumul à fin février (76 022 unités), alors qu’en 2017 les VP affichaient une forte baisse des immatriculations sur la même période (- 10 % à 65 544 unités).

A l’inverse le marché du véhicule utilitaire léger (VUL) voit son rythme de croissance ralentir après deux années de nette hausse (+ 6,7 % en 2016 et + 3,8  % en 2017). Depuis le début de l’année, les immatriculations s’établissent à 1,9 %, avec un total de 52 643 unités.

Par type d’énergies, le diesel affiche sur deux mois une hausse de 2,2 % à 104 993 unités (VP + VUL). Sa part de marché ressort à 81,60 %. Les immatriculations de diesel augmentent sur les VP de 4,4 % depuis janvier à 55 158 unités. Du côté des VUL, on note une baisse à de 0,2 % depuis le début de l’année à 49 835 unités.

Les immatriculations de VP et de VUL essence affichent une augmentation de leurs mises à la route de 55,3 % sur deux mois, à 17 397 unités. La hausse touche à la fois les VP et les VUL (respectivement + 55,1 % à 15 886 unités et + 58,1 % à 1 511 unités). Pour mémoire, en 2018, la TVA sur l’essence est déductible à hauteur de 20 % sur les VP comme sur les VUL. Au total, la part de marché de l’essence en entreprise (VP et VUL) s’établit fin février à 13,52 % contre 11,51 % fin 2017 et 9,48 % à la même période de 2017.

Les immatriculations de véhicules électriques en entreprise s’inscrivent en progression de 30,5 % sur les deux premiers mois de l’année (1 891 VP et VUL) avec une part de marché de 1,47 %. A noter que les VP électriques affichent un repli de - 3,4  % de leurs immatriculations (817 unités). Alors que pour les VUL, la tendance est au contraire en nette hausse à + 78,1 %  (1 074 unités).

Côté hybrides, la tendance reste orientée à la hausse malgré la suppression du bonus écologique de 750 euros pour les hybrides rechargeables. Le total des mises à la route à fin février s’inscrit en croissance de 56,7 % (à 4 245 unités VP et VUL). Les hybrides rechargeables affichent une forte croissance de 80,6 % à 1 006 unités, tandis que les hybrides non rechargeables progressent eux-aussi (+50,5 % à 3 239 unités VP et VUL). 

........................................................................................
 

(Paris, le 9 février 2018)

Bon démarrage pour le véhicule d’entreprise en 2018

L’année a bien démarré pour le véhicule d’entreprise. Selon les statistiques de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise,  les immatriculations de VP et de VUL ont progressé de 9,4 % en janvier, à 63 327 unités.

• La croissance est à l’ordre du jour sur les deux segments, avec une forte progression du VP (+14,7 % à 37 657 unités) et une hausse du VUL de +2,4 % à 25 670 unités. Le marché entreprise suivi par l’OVE inclut les administrations, les loueurs longue durée et les sociétés hors automobiles. Il représentait 33,40 % du marché automobile national en janvier.

• Par type d’énergie, l’essence poursuit sa montée en puissance dans les flottes, avec une hausse de 62,6 % des immats VP+ VUL (8 193 unités) et une part de marché de 12,94 %. Sur le seul segment des VP, l’essence s’établit juste en-dessous de 20 %, à 19,82 % précisément (7 465 unités). Il faut remonter à mai 2017 pour trouver une part de marché aussi élevée de l’essence dans les entreprises (20,3 %, avec à l’époque 7 889 VP immatriculés).

• Le diesel affiche de son côté uen progression des immatriculations de 2,2 % à 51 876 unités (VP + VUL). Sa part de marché en entreprise ressort à 81,92 %. Les immatriculations de VP diesel augmentent sur la période de 3,9 % (27 560 unités), alors qu’elles sont stables sur le VUL (+0,4 % à 24 316 unités).

• Le bilan de l’électrique fait apparaître une hausse de 28,8 % des immatriculations en janvier (VP + VUL) à 859 unités. La part de marché ressort à 1,36 %. La surprise vient des VP électriques qui affichent un repli de 13,1 % des immatriculations (353 unités). Alors que dans les VUL, la tendance est au contraire positive avec un doublement des immatriculations (506 unités).

• La tendance reste bien orientée pour les hybrides, avec une progression totale VP + VUL de +67,2 % (2 314 unités) et une part de marché de 3,65 %. Les immatriculations d’hybrides rechargeables s’inscrivent en nette croissance (+80,5 %), mais ne représentent que 509 véhicules.