Bilan marché entreprise 2017

  

 

Véhicule d'entreprise : Mars sauve les immatriculations du 1er trimestre

(Paris, le 11 avril 2017)

Les immatriculations de véhicules en entreprise (VP + VUL) se sont inscrites en très légère baisse au premier trimestre 2017, à 195 210 unités (-0,8 %), selon les statistiques de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise. 

Depuis le début de l’année, l’activité VP-VUL est en dents de scie, avec un mois de janvier positif (57 901 unités, en hausse de 3,7 %), suivi d’un mois de février en repli de 10 % (à 60 298 unités). Le mois de mars aura donc redressé la barre, avec des immatriculations de VP + VUL en progression de 4,2 % (à 77 000 unités). Contrairement à 2016, où le marché entreprise tirait clairement l'activité automobile nationale, c'est aujourd'hui le segment des ménages qui profite aux ventes de voitures en France.

Sur le marché du véhicule d'entreprise, une nouvelle fois c’est le marché du VUL (utilitaires) qui tire l’ensemble. Sur le premier trimestre, l’activité ressort en hausse de 8,1 %, à 84 308 unités. Les trois premiers mois de l’année 2017 ont tous affiché des croissances. La conjoncture est en revanche plus compliquée pour le marché VP, qui s’inscrit en repli à 110 902 immatriculations (-6,7 %)  sur le premier trimestre. Les trois mois ont tous enregistré des immatriculations en repli par rapport à la même période de 2016, qui était –il est vrai- très active.

Par rapport au premier trimestre 2016, le mix-énergétique dans les flottes d’entreprise (VP-VUL) se traduit par quelques évolutions sensibles. Les immatriculations essence affichent ainsi un repli de 12 % (à 20 000 unités), tandis que le diesel reste stable (+0,5 % à  167 824 unités) et que l’électrique progresse de 18,5 % (à 2 525 unités).

Alors que la TVA sur l’essence est devenue déductible depuis le 1er janvier 2017 à hauteur de 10 % sur les VP, force est de constater que les décideurs d’entreprise, restent attentistes et ne sont pas encore appropriés cette nouvelle mesure fiscale.  Sur l’ensemble du trimestre, l’analyse des immatriculations par type d’énergie sur le seul segment VP montre un repli de l’essence (18 441 immatriculations, en baisse de 14,4 %). Sa part de marché s’établit à 16,6 % (contre 18,1 % au premier trimestre 2016).

Toujours sur le segment VP, le diesel baisse avec 86 473 immatriculations (- 5,7 %) par rapport au premier trimestre 2016. Sa part de marché est de 78 % contre 77,14 % au premier trimestre 2016.

L’électrique progresse de 34,5 % (1 474 unités) par rapport à la même période de 2016. Sa part de marché franchit le seuil de 1 % à 1,30 %, contre 0,92 % au T1 de 2016.

Ca va un peu mieux pour les hybrides, dont les immatriculations sont stables par rapport au 1ertrimestre 2016, à 4 476 unités  (+0,2 %). La part de marché de l’hybride s’établit à 4 % sur la période contre 3,76 % à la fin du T1 2016.

 

• Chiffres clés du VP (1er trimestre 2017)

Immatriculations totales : 110 902  (-6,7 %)

Dont

Diesel : 86 473 (-5,7 %)

Essence : 18 441 (-14,4 %)

Electrique : 1 474 (+34,5 %)

Hybrides (simples et rechargeables) : 4 476  (0,2 %)

Parts de marché : 78 % (diesel) ; 16,6 % (essence) ; 1,30% (électrique) ; 4 % (hybrides)

 

• Chiffres clés du VUL (1er trimestre 2017)

Immatriculations totales : 84 308  (+8,1 %)

Dont

Diesel : 81 351  (+7,9 %)

Essence : 1615 (+20,9 %)

Electrique : 1 051 (+1,6 %)

Hybrides (simples et rechargeables) : 135 (+ 90 %)

Parts de marché : 96,5 % (diesel) ; 1,9 % (essence) ; 1,2 % (électrique) ; 0,2 % (hybrides)

.....................................................

 

Le marché entreprise cale en février 

(Paris, le 7 mars 2017)

Le marché du véhicule d’entreprise a du mal à décoller en 2017. Après un petit mois de janvier (hausse de 3,7 % des immatriculations VP et VUL), le mois de février a confirmé l’attentisme des décideurs d’entreprise.

Sur deux mois, selon les chiffres de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise, le cumul des mises à la route en entreprise s’affiche en repli de -3,8 % à 118  200 unités (VP + VUL). La baisse est de 10 % sur le seul mois de février à 60 298 unités (VP + VUL), avec toutefois un jour ouvré de moins par rapport à 2016.

Il faut toutefois rappeler que la base de comparaison des deux premiers mois de 2016 était exceptionnellement élevée puisque l’on était à l’époque sur une hausse de 12,7 % en cumul, avec un jour ouvré de moins.

Par segment de marché, l’activité est soutenue par les véhicules utilitaires légers (VUL), dont les immatriculations s’inscrivent en hausse de 5,5 % en cumul à fin février (51 656 unités). Là encore la base de comparaison 2016 était plus élevée, avec une progression des mises à la route de 11,2 % sur deux mois.

A l’inverse le marché du véhicule particulier (VP) donne des signes de ralentissement après avoir affiché deux années de hausses significatives (+ 10,4 % en 2015 et +9 % en 2016). Depuis le début de l’année, la baisse des immatriculations s’établit à -10%, avec un total de 66 544 unités.

Par type d’énergies, le diesel renforce sa part de marché à 86,91 % (VP + VUL), à fin février, en cumul sur deux mois, contre 85,22% sur la même période de 2016 et 85,99 % à la fin de l’année 2016. Le total des immatriculations (VP +VUL) en diesel s’établit à 102 728 unités, en cumul à fin février.

Les immatriculations de VP et de VUL essence affichent pour leur part un recul de -18,9 % depuis le début de l’année à 11 201 unités. La baisse touche surtout les VP (-20,7% à 10 245 unités). Alors que la TVA sur l’essence est désormais déductible à hauteur de 10 % sur les VP, il semble que les chefs d’entreprise prennent leur temps pour profiter de cette mesure fiscale adoptée par la dernière Loi de finances. Au total, la part de marché de l’essence en entreprise (VP et VUL) s’établit fin février à 9,48 % contre 10,77% fin 2016 et 11,23% à la même période de 2016.

Quant à la part de marché de l’électrique, elle n’évolue pas beaucoup, passant de 1,20 % fin 2016 à 1,23 % sur les deux premiers mois de 2017. Au total, les immatriculations de véhicules électriques en entreprise s’inscrivent en progression de 21,7% sur les deux premiers mois de l’année (1449 VP et VUL), et de 43,4 % sur le seul segment des VP (846 véhicules).

Enfin, la situation des hybrides reste compliquée en entreprise. A l’évidence, les différentes baisses décidées sur les bonus ont donné un coup d’arrêt à ces motorisations. Le total des mises à la route à fin février affiche un repli de 11 % (2 709 unités VP et VUL). Les hybrides rechargeables, qui sont les seuls désormais à bénéficier encore d’un bonus à l’achat, restent en croissance de 6,7% avec 557 unités, tandis que les hybrides non rechargeables reculent de 14,6% (2152 immatriculations VP et VUL).

 

Chiffres clés du VP (Janvier et Février 2017)

Immatriculations totales : 66 544 (-10 %)

Dont

Diesel : 52 817 (-8 %)

Essence : 10 245 (-20,7 %)

Electrique : 846 (+43,4 %)

Hybrides (simples et rechargeables) : 2 610 (-13,1 %)

Parts de marché : 79,37 % (diesel) ; 15,40 % (essence) ; 1,27 % (électrique) ; 3,92 % (hybrides)

 

Chiffres clés du VUL (Janvier et Février 2017)

Immatriculations totales : 51 656 (+5,5 %)

Dont

Diesel : 49 911 (+5,4 %)

Essence : 956 (+7,5 %)

Electrique : 603 (+0,3 %)

Hybrides (simples et rechargeables) : 99 (+ 130,2 %)

Parts de marché : 96,6 % (diesel) ; 1,85 % (essence) ; 1,17 % (électrique) ; 0,19 % (hybrides)

.....................................................

 

Un petit mois de janvier pour le marché entreprise

 

(Paris, le 6 février 2017)

Après une année 2016 exceptionnelle, c’est à un petit démarrage du marché entreprise en 2017 que l’on assiste. Selon les données de l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise, il s’est immatriculé 57 901 VP et VU au cours du mois de janvier, soit une progression de 3,7 %. Pour rappel, les immatriculations de janvier 2016 s’affichaient en hausse de 10,3 % et comptaient deux jours ouvrés de moins.

Par type de véhicules, les immatriculations de VP marquent le pas par rapport à la même période de 2016, avec un repli de 1,4 % (32 832 unités). A l’inverse, les VU affichent une croissance à deux chiffres de 11,2 % (25 069 unités).

Par type d’énergie, le mois de janvier révèle quelques surprises, puisque les immatriculations de VP et de VU essence chutent de 12,1 % (5 040 unités), tandis que le diesel enregistre une progression de 5,9 % (50 749 unités VP et VU). Depuis le début de l’année, la mesure de déductibilité de la TVA sur l’essence est entrée en vigueur pour les VP, à hauteur de 10 %. L’alignement de la TVA entre les deux énergies sera progressive sur cinq ans.

Du coté des énergies alternatives, les ventes de VP et de VU électriques affichent une hausse de 38,4 % sur un mois, avec un total de 667 unités. Quant aux hybrides, ils connaissent un démarrage difficile avec un repli de 14,3 % (1 384 VP et VU vendus). Depuis le 1er janvier 2017, il n’y a plus d’aide à l’achat d’hybrides non rechargeables.

Au final, les parts de marché des énergies (VP et VU) ressortent  fin janvier à 87,65 % pour le diesel ; 8,70 % pour l’essence ; 1,15 % pour l’électrique et 2,39 % pour les hybrides.

 

Chiffres clés du VP

Immatriculations totales : 32 832 (-1,4 %)

Dont

Diesel : 26 533 (+1,5 %)

Essence : 4 564 (-13,9 %)

Electrique : 406 (+55 %)

Hybrides (simples et rechargeables) : 1 316 (-17,6 %)

Parts de marché : 80,81 % (diesel) ; 13,90 % (essence) ; 1,24 % (électrique) ; 4 % (hybrides)

 

Chiffres clés du VU

Immatriculations totales : 25 069 (+11,2 %)

Dont

Diesel : 24 216 (+11,1 %)

Essence : 476 (+9,7 %)

Electrique : 261 (+18,6 %)

Hybrides (simples et rechargeables) : 68 (+ 223,8 %)

Parts de marché : 96,6 % (diesel) ; 1,9 % (essence) ; 1,04 % (électrique) ; 0,27 % (hybrides)