Baromètre Energies : 2016, un tournant dans l’équilibre essence / diesel

 
(Paris, le 16 janvier 2017)
 
Quels sont les choix opérés par les gestionnaires de flotte en matière d’énergies ?
 
Pour répondre à cette question, l’Observatoire du véhicule d’entreprise réalise chaque trimestre une analyse des immatriculations sous l’angle de la répartition par énergies.
Et pour élargir les perspectives, l’OVE propose également de suivre l’évolution du marché national global, qui prend en compte toutes les immatriculations réalisées en France sur la même période.
A  noter que notre Baromètre Energies évolue en ce début d’année : l’OVE analyse ici l’ensemble des immatriculations, c’est-à-dire VP + VU (et plus seulement VP comme précédemment).
 
Ce qu’il faut retenir sur le marché des entreprises :
 
 
• En 2016, les motorisations essence représentent 10,77 % des immatriculations en entreprise. Avec une progression de 1,8 point par rapport à 2015, l’essence occupe donc une place grandissante au sein des flottes, mais qui a tendance à se stabiliser en fin d'année.
• La part des immatriculations diesel a chuté de manière spectaculaire au 1er trimestre 2016 (84,89 %), et malgré un regain d’énergie au 2ème trimestre (85,94 %), l’année s’achève sur une part de marché de 85,99 % au 4ème trimestre. Sur un an, la part de diesel perd 1,36 point.
• La part des véhicules hybrides recule au sein des flottes d’entreprise en 2016 : les immatriculations chutent aux premier et deuxième trimestres, et perdent 0,6 points sur l’année, à 1,93 % de part de marché.
• L’électrique reste confidentiel, ne gagnant que 0,18 points de part de marché en 2016, à 1,20 %.
 
Ce qu’il faut retenir sur le marché national global : 
 
 
• Les motorisations essence ont occupé une place grandissante dans les immatriculations de véhicules en 2016. Après une forte hausse au premier trimestre, la part de marché s’est stabilisée le reste de l’année aux alentours de 36 %. En 2016, la part des immatriculations essence enregistre une hausse de 4,25 points par rapport à 2015, à 36,70 %. 
• Au premier trimestre 2016, la part des immatriculations diesel s’effondre à 59,41 %, et termine l’année à 59,66 %. 
• Du côté des hybrides, malgré une reprise au milieu de l’année 2016, la part des immatriculations reste en retrait de 0,28 point par rapport à l’année 2015, à 2,42 %.
• Les immatriculations de véhicules électriques restent quant à elle marginales, avec une part de marché 1,13 % à fin décembre 2016.
 
A noter que compte tenu de l'évolution globale du marché (hausse de 8,1 % des immatriculations VP+VU en 2016), toutes les catégories de véhicules sont en hausse, à l'exception de l'hybride.
 

> Archives du Baromètre énergies