A la Une

L’hybride marque des points sur le marché des entreprises en 2015

(Paris, le 27 janvier 2016)

Sereinement, le véhicule hybride trace sa route dans l’univers des flottes d’entreprise. Avec 18 500 immatriculations enregistrées en 2015 (contre 10 881 en 2014) sur le segment VP-VU, l’hybride affiche une progression de 63,1% sur l’année. Cette énergie représente ainsi 2,53% des immatriculations en 2015.

Et bien que les véhicules « full hybrides » soient plébiscités par les gestionnaires de flotte, les hybrides rechargeables ne sont pas en reste, avec des immatriculations qui ont été multipliées par trois en 2015 (1866 immatriculations contre 459 en 2014).

Sur le segment des véhicules particuliers, le véhicule hybride clôture l’année 2015 avec 4,25% des immatriculations. Une belle progression là encore, puisqu’il représentait 2,9% des immatriculations en 2014. A noter aussi qu’en 2015, la part des immatriculations hybrides est plus importante en entreprises (avec 4,25% des immatriculations) que sur le marché français en général (avec 3,21% des immatriculations).

> Lire la suite

La catalyse SCR est-elle la solution gagnante pour le diesel?

 

(

 

(Paris, le 25 janvier 2016)

Renault n’a pas triché, mais il a fait le minimum syndical pour aborder la norme Euro 6. Le choix technique a été d’opter pour le piège à NOx, l’une des deux technologies disponibles sur le marché. C’est la moins chère, mais pas la plus efficace. Et en couplant ce système avec une vanne EGR qui ne fonctionne qu’entre 17 et 35 degrés, et qui est censée assurer la réduction de 85 % des émissions d’oxydes d’azote, la marque au losange écope de la double peine. Il lui faut maintenant améliorer son système EGR et surtout investir lourdement en vue des normes Euro 6.2, applicables en septembre 2017.

Chez PSA, on doit se féliciter d’avoir opté dès le début pour la catalyse sélective SCR, appliquée depuis quelques années par des constructeurs allemands (Audi, BMW, Mercedes, Opel plus récemment). Le système fait appel à un additif à base d’urée (qu’on appelle AdBlue), qui se transforme en ammoniac dans la ligne d’échappement et convertir les oxydes d’azote en azote et en eau. Le dispositif est plus efficace. 

> Lire la suite

Le diesel reste une valeur sûre pour les gestionnaires de parcs

(Paris le 20 janvier 2016)

Après une chute brutale des immatriculations durant le premier trimestre 2015 sur fond de discours anti-diesel et de menaces de mesures contre les véhicules roulant au gazole, le calme est revenu du côté du diesel.

Sur le marché national (particuliers et entreprises), la part de marché du diesel sur le segment VP, qui était tombée sous les 60% au premier trimestre 2015, s’est ensuite plus ou moins stabilisée autour des 58% pour finalement terminer l’année à 57,2% (quatrième trimestre 2015). Il n’y a donc pas eu de nouveau décrochage brutal du diesel au cours de l’année.

Le constat est identique sur le marché du véhicule d’entreprise, puisqu’après la chute enregistrée début 2015 (la part de marché du diesel est passée de 85,8% à 80,2% entre le dernier trimestre 2014 et le premier trimestre 2015), le marché s’est stabilisé sur les trimestres suivants.

> Lire la suite

La motorisation essence gagne du terrain au sein des flottes d’entreprise

(Paris, le 19 janvier 2016)

Au regard du marché entreprises et de ses 730 763 véhicules immatriculés en 2015 (VP+VU), le segment des véhicules essence fait encore figure, avec 65 546 immatriculations, de petit Poucet.

Mais avec 48,8% de hausse par rapport à 2014, l’essence a peut-être amorcé en 2015 réelle ascension au sein des flottes d’entreprises.

Pour les véhicules particuliers, alors que l’essence ne représentait que 10,6% des immatriculations en 2014, cette énergie termine l’année 2015 à 14,3% (à 61 380 unités), soit 3,7 points de hausse sur un an.

> Lire la suite

Pages